Ady Suleiman

Ady Suleiman : Entre R’n’b et Reggae

Le britannique Ady Suleiman dévoile depuis quelques jours son nouvel EP éponyme. Entre R’n’B, Pop et Reggae, le natif de Nottingham dévoile un univers assez intéressant preuve d’une réelle culture musicale. (TEMPS DE LECTURE : 1 min)

ClsxgkiWgAA_Jrb

Comme de nombreux artistes Ady découvre la musique ado, une période où les goûts et es caractères s’affirment. Dès le début, le jeune anglo-tanzanien mélange l’apprentissage des instruments et l’art de la composition. A force de persévérance (et de talent surtout), il se fait remarquer par la Radio BBC 1, en 2013, avec son titre « Running Away ».

Très vite, le titre atteint le top 20 du classement Shazam R’n’b Anglais et la signature avec un label se précise. Ça sera finalement chose faîtes en 2014 avec Pemba Records, petite-fille du très grand label Sony Music. 

L’année 2015 va permettre au soul-reggae man de se faire connaître du milieu musical britannique ultra concurrentiel (qualitativement parlant). Il sort deux titres en Mai et Septembre respectivement nommés « This is My EP » et « What’s The Score ». Sur ce dernier titre , il travaillera notamment avec Jonny Coffer à qui l’on doit plusieurs productions pour Beyoncé et Sam Smith.

Deux pistes qui permettront à l’artiste de se produire de plus en plus en live et de s’attirer la sympathie de nombreux festivaliers. Après un retour en studio et quelques semaines de vacances, il dévoile un nouvel EP éponyme depuis la semaine dernière. Les influences sont nombreuses, le style est classe et l’énergie ultra positive. 

Produit à Londres, le nouvel opus d’Adi nous rappelle les influences de bon nombres d’artistes. De Chance the Rapper à Amy Wihehouse en passant par Ziggy Marley, Lauryn Hill, Lenny Kravitz, Michael Kiwanuka ou ,plus prêt de chez nous, à Jehro ou Tété, l’EP nous plonge dans les racines du R’n’b et du Reggae.

Les codes sont respectés et l’esprit live des titres nous donnent clairement envie de découvrir l’artiste sur scène. Les cuivres se mélangent à merveille avec les riffs guitares, ce qui donnent à l’opus un côté africano-urbain très plaisant. On peut parfois un peu décrocher  à cause d’une légère sensation de redondance mais globalement c’est du très bon boulot. A profiter en voiture ou en soirée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :