Eli Paperboy Reed

Eli Paperboy Reed : Retour aux sourçes

L’américain Eli Paperboy Reed présente depuis Mai son tout dernier opus « My Way Home ». Après une courte période pop avortée, le Soulman revient à ces premiers amours : le gospel et la soul. 11 titres aux airs de libération pour l’esprit et le corps. ( TEMPS DE LECTURE : 1 min 30).

cover_landing_page

On avait quitté Eli Paperboy Reed il y ‘a 2 ans déjà … A l’époque l’américain originaire du Massachussets dévoilait « Nights Like This », un beau projet certes, mais bien loin du niveau de son premier album « Walkin and Talkin » qui l’a révélé en 2007. Conséquence Eli Husock (son vrai nom) décide quelques semaines plus tard d’arrêter sa collaboration avec Warner Bros pour gagner en indépendance. Un schéma souvent classique dans le milieu de la musique mais qui prend encore plus de sens avec lui.

Natif du Massachussets donc, état très religieux, la vie et le parcours d’Eli sonne bon le scénario de film attachant. Né dans une famille juive, il découvre très tôt le gospel et les dimanches à l’église. La musique soul ,et ses codes, il l’apprend avec une maître à pensée dans le domaine :  Chissy Collier.

Quelques années plus tard, il débarque à Chicago avec deux objectifs : faire des études de sociologie et kiffer la musique dans le South Side de la ville. Il n’en fallait pas plus pour que le jeune musicien, à l’époque, décide de ranger les cahiers pour se consacrer à la musique. Une musique qu’il a perfectionné depuis des années avec des succès mais aussi des échecs. L’album « My Way Home » est a rangé dans la première case. Pour être plus clair : c’est certainement son album le plus accompli pour l’instant. 

A l’image de la pochette de l’opus, Eli Paperboy Reed a de nouveau sorti les gants de boxe sur ce projet. Une image symbolique mais qui révèle énormément de travail. L’américain a mouillé la chemise en dehors et à l’intérieur du studio d’enregistrement. L’univers est à la croisé de 4 courants : la Soul, le Gospel, le Rockabilly et le R’n’B avec une base instrumentale classique (orgue, basse, batterie et guitare). Du classique dans le texte mais une originalité permanente sur les 11 titres.

A l’image d’un Charles Bradley, l’Américain pose ses tripes avec des mélodies percutantes même lorsqu’elles sont plus lentes. Ici pas de chichis, ça sent le garage, la Soul comme on l’aime, celle qui pue le vinyle et les brocantes où l’on déniche les bons titres. Un retour aux sources et qui ,en plus, marque une progression dans sa carrière. Coup de chapeau ,au passage, au label Yep Records pour la qualité des arrangements. Certes, deux trois titres n’arrivent pas à nous tenir en haleine durant 3 minutes mais rien de très grave. Des critiques tout à fait minimes tant l’album est un plaisir pour les oreilles. Alleluia Eli est rentré à la maison !

Coups de coeur : « A Few More Days », « Hold Out », « Cut Ya Down », « Eyes On You », « The Strangest Thing », « What Have We Done ». 

LIVE DE LA SEMAINE : « Hold Out » – Live at Union Pool

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :