Me’shell Ndegeocello

Me’shell Ndegeocello sort depuis le mois de Juin  » Comet, come to me « . Comme à son habitude, l’artiste nous propose une musique jazz, soul

3298499026251_600

Me’shell Ndegeocello, qui sort depuis quelques mois son onzième album  » Comet, Come to me  » sous le label Naïve, est ce genre d’artistes, qui ne laisse pas indifférent tant sur la forme que sur le fond. La forme tout d’abord où son look androgyne et son attitude sur scène ne sont jamais passés inaperçu, même si de l’avis unanime de ceux qui l’ont côtoyé, ceci n’est pas une obsession pour Me’shell, qui explique à longueurs d’interviews, que ce style est tout simplement celui qui la rend la plus heureuse possible.
 
Sur le fond ensuite : l’artiste se veut indépendante comme l’indique son nom d’artiste Nedegeocello qui signifie  » libre comme un oiseau » en language swahili. Depuis son premier album « Plantation Lullabies » en 1993, l’américaine a toujours intégré dans sa musique R&B, hip-hop, spoken word, rock, électro, reggae, folk, afro-beat ou jazz, en n’ayant jamais peur de l’échec commercial et des critiques négatives. Et puis ajoutons à cela les nombreuses featurings éclectiques qu’elle a réalisé. Allant du groupe funk jazz Basement Jazz, en passant par Rolling Stone, sa collaboration en tant que choriste sur un album de Madonna ou encore son excellent duo avec John Cougar Mellencamp pour une reprise de Van Morrison « Wild Night ».
 
 
Après avoir évoqué toutes ces données, vous comprendrez aisément, que lorsque l’artiste annonce la sortie d’un album, l’ensemble de la presse spécialisée et les fans attendent le résultat avec impatience. Successeur de l’excellent opus hommage à Nina Simone, ce « Comet, come to me » est dans la même vaine, qualitativement parlant. En effet, la musicienne de Washington a su développer des titres aux ambiances différentes tout en gardant une ligne artistique claire en accord avec toute sa carrière. Tantôt jazz (« Shopping for jazz« ), tantôt  reggae (« Forget My name« ), ou reggae-alternative (« Comet, Comet to me« ), pop (« Continuous Performance« ), Soul-funk (« Conviction« ) les 13 titres qui composent le projet  ne plairont pas à tout le monde forcement mais on ne peut que reconnaître la douceur, la classe et l’âme Soulful des musiques.  Vous trouverez quelques invités comme Shara Worden, Doyle Bramhall, Christopher Bruce (guitare).
 
Quelques titres :
 
 
“Cet album a nécessité beaucoup de travail, mais beaucoup d’amour aussi” . Me »shell Ndegeocello.
 
Rien à ajouter …
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :